28/10/2011

lutte contre le dopage ...

 

Nouveau décret en matière de lutte contre le dopage
Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles - 18 octobre 2011............................................................

 

Le parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté mardi dernier, en séance plénière, un nouveau décret en matière de dopage.

Votée à l'unanimité, cette nouvelle règlementation sera d'application en région de langue française ainsi qu'en région bilingue de Bruxelles-Capitale. Ce texte, fruit d'une longue concertation entre les organismes des milieux concernés, dont l'AISF, met ainsi la législation en conformité notamment avec les règles de l'Agence Mondiale Anti-dopage (AMA).

Quels sont les principaux changements apportés par ce décret ?

 

  • En ce qui concerne les sportifs d'élite, ce décret s'appliquera à une cible nettement plus réduite que précédemment, répartie en quatre catégories, en fonction non seulement du niveau de pratique mais également de la possibilité de localiser les sportifs durant leurs entraînements, aux fins de contrôle.
  • En effet, ce texte impose désormais une obligation de localisation pour certains groupes cibles déterminés sur la base de critères objectifs.
  • Ce décret institue également une procédure d'autorisation à des fins thérapeutiques pour les sportifs d'élite. Une commission pour l'autorisation d'usage à des fins thérapeutiques (CAUT) composée de 3 médecins indépendants a dès lors été mise en place. Les sportifs de niveau plus modeste seront quant à eux soumis au principe d'une attestation médicale.
  • En termes de sanctions, il s’agit d’abord de sanctions disciplinaires qui seront infligées par les fédérations. Ces dernières auront d'ailleurs la possibilité de coordonner leurs démarches par le biais d'une instance disciplinaire commune dont la mise en place a été confiée à l’AISF*.
    Des sanctions administratives sous forme d'amende, en cas de second manquement à l'obligation de localisation, seront également infligées.
    Enfin, des sanctions pénales sont également prévues dans certains cas, tant à l'égard de l'entourage du sportif que du sportif lui-même.
  • La commission arbitrale du COIB peut introduire un recours au niveau national, le tribunal arbitral du sport (TAS) bénéficiant de la même possibilité pour les sportifs de très haut niveau.

 

Bien que ce décret traite largement des aspects liés aux contrôles et aux sanctions, la sensibilisation et la prévention en la matière restent prédominantes, notamment par le biais de la campagne "Ma victoire, c'est sans dopage" à laquelle l'AISF contribue activement.

 

14:24 Écrit par Michel Orban dans Actualité, Général, Loisirs, Tennis de table, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dopage |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.